Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
25 février
Dans un article du 22/02/2018 au Quotidien du Médecin, le Premier Ministre Edouard Philippe affirme vouloir lutter contre les actes inutiles (...)
24 février
Bonjour L’affaire prend de l’ampleur. Jamais un président de la République française n’avait, publiquement, été aussi loin sur un sujet éminemment (...)
24 février
C'est un courrier des lecteurs comme il y en a tant, s'offusquant du manque de médecins et de l'incapacité à trouver un médecin traitant, ou à (...)
Une solution d’avenir
Une solution d’avenir
18 juillet 2006

Jean-Yves Grall, conseiller médical de l’agence régionale d’hospitalisation d’Ile-de-France, vient de remettre son rapport sur les maisons médicales de garde à Xavier Bertrand. Aujourd’hui, 198 MMG sont en état de fonctionnement en France, cinq seulement auraient fermé leurs portes depuis 2003. Majoritairement installées au sein d’un établissement de santé ou médico-social, les maisons médicales de garde sont en revanche inégalement réparties sur le territoire.


Le Dr. Grall note en effet que si certaines régions sont très bien dotées en la matière - Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Centre, Poitou-Charentes, Bretagne, Pays de Loire ou Haute Normandie - l’est et le sud-ouest en sont totalement dépourvues.

Pourtant, considère le rapporteur, la maison médicale de garde doit être considérée comme « une solution préparant assurément l’avenir dans un contexte de démographie médicale délicate notamment vis-à-vis de la médecine générale, et à la fois du vieillissement et de féminisation de la profession. La MMG est un exemple permettant de concilier une PDS efficiente aux aspirations sociologiques nouvelles du corps médical ».

Le Dr. Grall, favorable à ces structures, suggère la sortie du financement des MMG du Fonds d’aide à la qualité des soins de ville (FAQSV) de façon à leur assurer un financement pérenne. « Une enveloppe spécifique « permanence des soins », prise sur l’enveloppe « soins de ville » serait individualisée à côté mais sur le même mode de fonctionnement que l’enveloppe DRDR (Dotation régionale des réseaux, ndlr), avec une décision appartenant à la MRS (mission régionale de santé) ». Les missions régionales seraient dans ce contexte les pilotes des maisons médicales et le rapporteur se prononce d’ailleurs pour une contractualisation entre les MRS et les MMG pour une durée de cinq ans, à l’issue de laquelle la structure serait évaluée.

En outre, constatant que 70 à 80 % de l’activité est enregistrée les samedis et dimanches, Jean-Yves Grall suggère une ouverture des maisons médicales circonscrite aux week-ends. Il préconise également une implantation de ces MMG au sein d’un hôpital ou d’un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) chaque fois que c’est possible, suggère de rendre possible l’accès en tiers payant et se prononce pour une régulation privilégiée par le centre 15. Enfin, selon lui, « toute création ou installation d’une MMG doit s’accompagner d’un redécoupage cohérent des secteurs » de la permanence des soins.

Pour Jean-Paul Hamon, président de la branche généraliste de la fédération des médecins de France (FMF), très impliqué sur ce sujet, ce rapport est une description juste et complète de la situation hétérogène des maisons médicales de garde. A quelques détails près, le Dr. Hamon pourrait reprendre ce rapport à son compte. Et attend du coup de Xavier Bertrand qu’il « fasse les bons choix et débloque les fonds nécessaires » pour assurer un bon fonctionnement et pérenniser les maisons médicales de garde. Il importera ensuite de prévoir des mesures fiscales et une aide administrative et financière aux maisons médicales et enfin de casser l’avenant 4 qui ne permet pas l’adaptation aux spécificités locales et induit une mise en place rigide des MMG.



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0