Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
18 septembre
Nous sommes donc fort nombreux à ne pas vraiment réfléchir à la licéité d'une telle entreprise, moi compris, je m'inclus (du moins initialement) (...)
18 septembre
Le délai de quinze jours dont disposaient les dirigeants d'entreprises pour déclarer la cessation de paiement est passé à 45 jours depuis cette (...)
18 septembre
J'aime bien le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) mais depuis une dizaine d'année la vie de cette revue est mouvementée... entre le (...)
Un petit rappel à l’ordre de Douste
Un petit rappel à l’ordre de Douste
24 mars 2005

EVOQUANT LE SUJET de la permanence des soins en ville à l’occasion d’une rencontre avec des directeurs d’hôpital, Philippe Douste-Blazy n’a pas mâché ses mots.


Si la garde des médecins de ville est désorganisée, c’est la faute aux « 35 heures », s’est emporté le ministre des Solidarités : « Les médecins se sont dit « on en a marre de commencer à travailler à 8 heures du matin et de terminer à minuit pour une clientèle qui fait 35 heures ». »
La situation, aux dires du ministre, est « très grave » dans la mesure où « un médecin doit soigner chaque fois qu’on le lui demande ; il est payé par l’assurance-maladie et n’a de libéral que le nom ». Pour Philippe Douste-Blazy, la question de la garde en ville est « un sujet qu’il faut traiter ». Et s’il exclut d’employer la force, il s’interroge : « Je ne vais pas envoyer les préfets, ça ne marchera pas. Mais enfin... Et le serment d’Hippocrate » ?
Le ministre a également évoqué le sujet mardi matin, sur la chaîne de télévision câblée LCI, en évoquant « un problème d’organisation de la permanence des soins » : « nous passons actuellement une convention avec les médecins [l’avenant conventionnel en cours de discussion entre l’Uncam et les syndicats signataires de la convention, portant notamment sur la rémunération des gardes et astreintes, ndlr] pour les obliger aussi à faire des gardes (...) Un médecin libéral est payé par l’assurance-maladie, il est normal qu’il prenne son tour de garde ». Pour Philippe Douste-Blazy, il y a de plus en plus de malades qui vont à l’hôpital, et « il faut donc organiser les urgences ». Si bien que le ministre de la Santé demande « aux médecins libéraux de prendre leur garde, de s’occuper du malade avant qu’il n’arrive aux urgences ».
Pour Michel Chassang, président de la Csmf, « ces déclarations sont malheureuses, même s’il faut les replacer dans leur contexte, car si les déclarations du ministre sont une chose, les textes qu’il suscite en sont une autre ». Allusion au décret sur la permanence des soins dont la parution est très attendue par les médecins libéraux. « Ce n’est pas la moment de jeter de l’huile sur le feu, ajoute le président de la Csmf, et la responsabilité de Philippe Douste-Blazy, c’est de faire publier le décret et d’inciter les préfets à réunir les Codamu-ps (comités départementaux de l’aide médicale urgente et de la permanence des soins) pour achever le redécoupage des secteurs de garde. Quand ce sera fait, les syndicats se feront fort de faire revenir les médecins libéraux sur le chemin de la permanence des soins. »

> K.P. et H.S.R.



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0