Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
23 novembre
Au travers d'une trentaine d'avis, la Société francophone du diabète (SFD) publie ses propositions pour le traitement de l'hyperglycémie du (...)
22 novembre
Deux situations survenues la même journée seront abordées ici, l’une l’a débutée, l’autre l’a ponctuée. Comme souvent, il s’agit avant tout (...)
22 novembre
Tout d'abord, nous devons prendre en compte que les étrangers se trouvent en Espagne soit en situation de résidence, soit de séjour. Ceci est (...)
pas d´avancées concrètes
pas d´avancées concrètes
19 septembre 2007

La réunion organisée, ce mercredi matin, entre l´assurance maladie et les syndicats médicaux signataires de la convention n´a pas permis de déboucher sur des résultats concrets en ce qui concerne la rémunération de la permanence des soins (PDS) les samedis après-midi, les ponts et les jours fériés.


Le directeur de la caisse nationale d´assurance maladie aurait en effet décidé d´attendre les décisions que serait amené à prendre le gouvernement en matière de réorganisation de la PDS avant de discuter des modalités pratiques de cette rémunération.

Face à ces blocages, l´Union nationale des omnipraticiens de France (Unof, branche généraliste de la Csmf) incite les médecins à ne plus être volontaire pour assurer la PDS durant ces plages horaires et le Syndicat des médecins libéraux indique qu´ « il ne s´étonnera pas que les médecins se détournent de la permanence des soins du samedi après midi, voire d´autres plages horaires ». « C´est le jeu de la patate chaude, déplore le Dr Chassang, président de la Csmf : l´assurance maladie se défausse sur le gouvernement et vice-versa ». Le principe d´une rémunération des astreintes les samedis après-midi, les ponts et les jours fériés avait été décidé par décret en décembre 2006, mais elle doit faire l´objet d´un accord entre syndicats et assurance maladie qui n´est toujours pas intervenu.

La réunion de mercredi matin a cependant permis de faire un premier bilan de la permanence des soins et de constater, selon le Csmf, qu´ « il n´y a aucun désengagement global des généralistes ». Depuis 2005 le nombre de généralistes engagés dans la permanence des soins « a augmenté de façon très significative (+26%) » fait remarquer le syndicat qui souligne qu´aujourd´hui un généraliste sur deux participe à la PDS.

De son côté, le syndicat de généralistes MG France estime qu´ « il est temps, comme le propose le rapport Grall, de retirer le financement de la permanence des soins du champ conventionnel (ndlr : c´est à dire de l´assurance maladie) et d´y affecter une ligne du budget social de la nation ».



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0