Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
23 novembre
Une hypothèse concerne l’avenir, un fait concerne le passé. Entre les deux il y a l’expérimentation. Si je dis que telle mesure va faire diminuer (...)
23 novembre
Au travers d'une trentaine d'avis, la Société francophone du diabète (SFD) publie ses propositions pour le traitement de l'hyperglycémie du (...)
22 novembre
Deux situations survenues la même journée seront abordées ici, l’une l’a débutée, l’autre l’a ponctuée. Comme souvent, il s’agit avant tout (...)
Nicolas Sarkozy a abordé en ces termes [**la question de la permanence des soins (PDS*])
Nicolas Sarkozy a abordé en ces termes [**la question de la permanence des soins (PDS*])
3 octobre 2007


« Pour nombre de gens en France, trouver un médecin devient une préoccupation. L’incompréhension de la population est réelle et chacun peut faire valoir son expérience personnelle ou celle de proches de la difficulté de joindre, en dehors des heures ouvrables, un médecin libéral de garde ou la régulation libérale lorsqu’elle existe ». (...) « J’entends bien que l’on me dit que c’est l’évolution de la société, que les médecins comme la population en général aspirent à une vie familiale et au repos ». (...) « Mais j’entends aussi lorsque l’on me dit que des tableaux de permanence laissent vacants des secteurs entiers ». (...) « Les libertés d’installation, de prescription, de choix par les patients de leur médecin vont de pair avec une responsabilisation de tous les acteurs. Il n’est pas normal que la répartition des médecins sur le territoire soit aussi inégale, il n’est pas acceptable que la permanence des soins ne puisse être assurée. Il y a là des mesures à prendre pour assurer ce service public. Nous ne pouvons accepter plus longtemps cette situation. J’attends des propositions en ce domaine de Madame la ministre de la Santé et de l’ensemble des professionnels concernés ». (...) « Nous le savons, ce sont souvent les urgences qui pallient les insuffisances de la médecine de ville : la tendance est croissante de confier la permanence des soins après minuit aux seules urgences hospitalières. Ces urgences sont saturées par l’afflux de personnes en quête d’une réponse mais dont la pathologie ne relève pas à l’évidence de l’hôpital ».

Extrait du Quotidien du Médecin du : 03/10/2007



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0