Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
18 septembre
Je n’aurais jamais du lire ce livre. Un auteur que je ne connaissais pas, un sujet dont je croyais avoir fait le deuil, une maison d’édition (...)
18 septembre
Bonjour Cela sonne comme un slogan libérateur : « Fin du numerus clausus ! » – « Fin du gâchis humain ». Avec un film en toile de fond 1. (...)
18 septembre
Plan pour la santé en France lancé le 18 septembre 2018. Qu’est-ce que la santé ? On a piqué le mot au latin sanitas utilisé par Cicéron. Il veut (...)
Narbonne : La maison médicale de garde « est en danger »
Narbonne : La maison médicale de garde « est en danger »
1er juillet 2011


Narbonne La maison médicale de garde « est en danger »

MARIE PINTADO
30/06/2011, 06 h 00
Le docteur Méric dénonce "un choix politique de l’État préférant, aux soins de premier recours, investir dans des gouffres sans fond comme le dossier médical personnalisé".
Le docteur Méric dénonce « un choix politique de l’État préférant, aux soins de premier recours, investir dans des gouffres sans fond comme le dossier médical personnalisé ». (© D.R)


Sa naissance, en mars 2004, avait attiré les foules. Au point qu’il avait fallu limiter l’accès aux locaux, le matin de son inauguration. Sept ans plus tard, la Maison médicale de garde (MMG) a atteint son rythme de croisière. Soixante-dix médecins s’y relaient, soirs et week-ends, pour assurer une continuité des soins à la population de l’Est audois. Ainsi, ce sont environ 11 000 actes qui sont pratiqués, chaque année, dont 80 % sur des patients du département. « L’équivalent d’un tiers de l’activité des urgences de l’hôpital », compare le docteur Bernard Méric, pourtant porteur d’une mauvaise nouvelle : « La maison médicale de garde est en danger ».


Déjà privée de près de 40 000 € sur la subvention demandée à l’Agence régionale de santé (ARS) pour 2011, la MMG s’attend à une nouvelle coupe à la rentrée. « On est parti pour souffrir », s’inquiète le fondateur et coordinateur de la structure. En cause, les restrictions budgétaires annoncées par l’État, qui selon lui, « se trompe en pensant qu’il y a de l’argent chez nous », rappelant au passage que les médecins généralistes « ont les honoraires les plus bas, alors même que leurs missions sont de plus en plus étendues ».


Pour justifier ses choix, l’ARS - « qui ne fait qu’appliquer les directives » - explique qu’aujourd’hui, les médecins assurant les gardes dans les MMG n’ont pas de dépenses de fonctionnement à assurer, puisque totalement couvertes par sa subvention. Il leur est donc demandé de mettre la main à la poche. « Anormal », de l’avis du Docteur Méric, qui rappelle que « la loi Bachelot de 2008 stipule que la permanence des soins est un service public ».


A Narbonne, sur les 109 565 € alloués cette année, « 104 000 € ont été dépensés en frais de personnel ». Quatre secrétaires se partagent, à tour de rôle, les tâches administratives qui ne pourraient être assurées par les médecins. « Indispensable pour avoir un suivi de qualité des patients quand on sait que dix secteurs de santé sont concentrés sur un même lieu », juge le docteur Méric. Or ils ne peuvent en assurer la charge. « Pourquoi croyez-vous que plusieurs cabinets, en ville, ont licencié ? Ça n’est pas de gaieté de cœur. Si on pouvait, on paierait d’abord les secrétaires de nos cabinets ». Quant aux tarifs élevés pratiqués à certaines heures, le médecin les justifie par ces mêmes exigences administratives.


Le docteur Méric dénonce « un choix politique de l’État préférant, aux soins de premier recours, investir dans des gouffres sans fond comme le dossier médical personnalisé ». Enfin, sachant que 25 % des astreintes à Narbonne sont assurées par des médecins non titulaires, l’existence de la maison médicale de garde participerait à l’arrivée de jeunes praticiens dans les villages. « Le but est de les fidéliser sur le secteur. La preuve : les derniers à s’être installés sont tous passés par la MMG ».



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0