Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
23 novembre
Une hypothèse concerne l’avenir, un fait concerne le passé. Entre les deux il y a l’expérimentation. Si je dis que telle mesure va faire diminuer (...)
23 novembre
Au travers d'une trentaine d'avis, la Société francophone du diabète (SFD) publie ses propositions pour le traitement de l'hyperglycémie du (...)
22 novembre
Deux situations survenues la même journée seront abordées ici, l’une l’a débutée, l’autre l’a ponctuée. Comme souvent, il s’agit avant tout (...)
Les Médecins Régulateurs du CRRAL tirent la sonnette d’alarme ...
Les Médecins Régulateurs du CRRAL tirent la sonnette d’alarme ...
30 octobre 2005

Depuis juillet 2002,le CRRAL n’a jamais fait face au nombre d’appels « présentés » lors de certaines tranches horaires, comme actuellement : tous les jours, en début de nuit ( 20-23 h ), et le samedi après midi et dimanche matin, comme je l’ai déjà signifié maintes fois ... malgré la constante augmentation ( toujours tardive ) du nombre de PARM (Permanenciers) et médecins.


L’inadéquation entre la demande ( le nombre d’appels ) et la réponse ( le nombre d’appels traités ) va s’exacerber lors de la période hivernale, comme tous les ans, surtout en cas d’épidémie grippale, et d’autant plus si survient une psychose collective concernant la grippe aviaire ...
Cela ne manquera pas de générer une masse d’appels supplémentaires.

En conséquence, il y a lieu de :

  1. de réduire immédiatement l’écart entre le nombre d’appels présentés et le nombre d’appels traités, par l’augmentation du nombre de permanenciers pendant les périodes déjà critiques ...
  2. de prévoir un plan de secours si explosion des appels. On pourra passer à 3 médecins le samedi après midi et dimanche matin mais ne faut-il pas augmenter également le nombre de PARM ? :
    — plus 1 le samedi après midi ( soit 4 + 1 = 5 )
    — et plus 1 le dimanche matin ( soit 6 + 1 = 7 )

faute de quoi, nous n’assumerons pas le mécontentement de la population relayé par les élus ou les administratifs.

En effet, le 03.21.71.33.33 a généré environ 20% d’appels supplémentaires. De plus en plus de demandes de « conseils » ( et non de médecin de garde )...

Les réponses à ces demandes sont chronophages pour le régulateur. Le travail des permanenciers et des régulateurs ne peut se faire sous la pression du nombre d’appels en attente !
Nous devons passer le temps nécesaire pour chaque appel, surtout si la demande ne justifie qu’un conseil téléphonique alors que le patient exige une visite de
médecin de garde, visite non médicalement justifiée !

Plus on dispose du temps nécessaire, plus le répondant est en mesure de respecter les étapes d’une « bonne » régulation avec ses phases :

— de présentation,
— d’accueil,
— d’écoute active ( questionnement, reformulation, accusé réception ... ),
— d’analyse du niveau de gravité ( I et II relevant de l’AMU : Aide médicale urgente , III et IV relevant de la PDS : Permanece des soins )
— de prise de décision en associant le demandeur,
— de présentation de la décision, véritable plan d’action contractuel
— de suivi ...

Le bon déroulement de ces phases, garant d’une bonne communication empathique, est une condition sine qua non de l’acceptation par le demandeur de la décision prise et de son bon effet clinique.

Par contre, le manque de temps, le stress, nuit à la communication, est facteur d’échec et de non suivi de la décision avec mécontentement du demandeur ... qui peut opter pour une autre solution ... : se rendre aux Urgences par exemple ...

La mise en place des deux postes ( 2 PC fournis par le Centre Hospitalier, et réclamés depuis plus de 3 mois ) est un préalable à l’augmentation du nombre d’opérateurs.
Dès à présent, il faudrait installer des cloisons entre les postes de travail car la conjonction : pièce sonore ( à insonoriser par la pose de matériaux adéquats sur les murs et plafonds ) , surface devenue insuffisante, multiplication des opérateurs ... font que l’ambiance sonore est incompatible avec un travail serein et détendu ...

Le CRRAL a fait les preuves de son efficience étant donnée les économies réalisées dans ce contexte de banqueroute du système de santé et de faillite du système économico-social français ...

La régulation de la PDS, c’est l’ optimisation des dépenses de santé.
Les économies réalisées peuvent être investies ailleurs !

— économies des actes majorés non effectués ,
— et surtout économies par l’absence de prescription ( soit 2 à 3 fois le prix de l’acte lui-même )
— et à plus long terme : économies par l’éducation à la santé du patient avec encouragement à prendre sa santé en main !

Selon les statistiques du CRRAL ( sur toute l’année 2004 ) :
de minuit à 7 h du matin :
- en moyenne : 7 actes par nuit sont réalisés par les 72 médecins d’astreinte sur le Pas de Calais, dont un bon nombre de « garde à vue » ou autres actes administratifs ....

Si l’on extrapole pour 2006 année pour laquelle la sectorisation sera ramenée à 62 secteurs :

62 secteurs à 100 euros l’astreinte de 00 h à 8 h : soit 6.200 euros par nuit ! soit un prix de revient de 900 à 1.000 euros l’acte médicalemnt justifié !

Nous formulons la proposition suivante :

Plus d’astreinte après minuit !

  1. d’où des économies de plus de 200.000 euros par an ( pour partie, à réinvestir dans le CRAL ! )
  2. l’orientation des 7 patients doit se faire vers les services d’Urgences qui sont « ouvertes », et dont les dépenses ( frais fixes ) sont déjà engagées par la collectivité avant même l’arrivée du patient. Il n’y a donc pas de dépenses supplémentaires ! dans cette hypothèse
  3. Cela représente UN patient ( en moyenne ) par Centre Hospitalier Général du Pas de Calais ! Que l’on ne vienne pas nous dire que les Urgences seront débordées dans cette tranche horaire ... ( d’ailleurs , on attend toujours leurs chiffres d’activité après minuit ! )
  4. Les frais de transport :
    La garde départementale ambulancière est déjà financée à 60 % pour les frais de la course ... ( soit un coût de 40 % ) ....

bon gré ou mal gré, il faudra bien se résoudre à ce schéma ! Les oppositions sont purement idéologiques ...

Il faut bien entendu laisser la liberté à quelques rares médecins VOLONTAIRES d’accomplir une fonction de relais du SAMU, comme les médecins Sapeurs Pompiers, encore faut-il qu’ils aient un statut contractualisé avec le SAMU ...
car il s’agit du réseau AMU et non plus de la PDS.

Les médecins régulateurs du CRRAL



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 60

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0