Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
24 juin
L'avenant 6, validé par la CPN du 19/09/2018, puis par la décision de l'Uncam publiée le 20/12/2018, a modifié certains détails des calculs des (...)
24 juin
Bonjour On l’avait connu au sommet de lé dermatologie française, dans les plus beaux quartiers de la capitale. On a retrouvé sa trace aux (...)
24 juin
De même, alors que la femme mariée prenait quasiment à 100% le nom de son mari, il est possible depuis la loi du 17 mai 2013 que ce soit (...)
Les médecins libéraux ont désormais accès à l’historique des remboursements des patients
Les médecins libéraux ont désormais accès à l’historique des remboursements des patients
6 septembre 2007

Depuis fin juillet, les médecins libéraux peuvent accéder à l’historique des soins prescrits et remboursés depuis un an à leurs patients. C’est ce qu’a annoncé mardi 21 août l’assurance maladie, qui a reçu le feu vert de la Commission informatique et libertés (CNIL) pour lancer ce dispositif.


Les praticiens ont ainsi accès, grâce à leur carte professionnelle (CPS), à l’historique des prescriptions et remboursements, depuis un an, des patients qui leur ont donné leur accord. Les comptes-rendus de consultation ou d’intervention médicale, ainsi que les résultats d’examens, n’y figureront pas.

Prévu par la loi depuis 2004, ce système est censé préserver les patients d’« interactions médicamenteuses » et pourrait également permettre de repérer les « gros consommateurs » de soins. 3 000 médecins sont inscrits à la mi-août pour participer à ce service, selon l’assurance-maladie, qui mise sur l’inscription de 20 000 praticiens en novembre.

« Ce système nécessite que le médecin soit équipé de l’Internet rapide, mais le taux d’équipement des professionnels de santé en Internet rapide ne cesse d’augmenter », estime Frédéric van Roekeghem, directeur de l’assurance-maladie, précisant que 40 000 professionnels de santé « ont ouvert un compte Internet pour leurs relations administratives avec les caisses » de Sécurité sociale.

RÉSERVES

Pour la Fédération des utilisateurs de logiciels médicaux et communicants (Fulmedico), l’accès à ce nouveau dispositif n’est pas exempt de difficultés. « Il faut parfois attendre d’interminables minutes avant que le site ne s’ouvre. Les changements de page sont très longs », lit-on sur le site de l’association.

Outre les difficultés techniques, Fulmedico émet des réserves sur la confidentialité des données conservées. « Le patient n’a pas accès à son propre historique et ne peut pas occulter certaines informations sensibles comme une trithérapie », déplore l’association, qui précise qu’« on peut continuer à consulter le dossier ouvert même après le retrait de la carte Vitale ».

Baptisé à l’origine « web médecin », le système a dans un premier temps été expérimenté dans quatre départements - les Yvelines, la Seine-Saint-Denis, le Val-d’Oise, et les Alpes-Maritimes -, avant que la CNIL n’autorise sa généralisation.

Ce service est mis en place au moment où le dossier médical personnel (DMP) informatique, pierre angulaire de la réforme de l’assurance-maladie de 2004, prend du retard, son entrée en vigueur ayant été reportée à 2008.



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 70

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0