Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
20 février
Présenté comme une condition de recevabilité des demandes en justice, l'intérêt pour agir [1] échappe à toute tentative de définition. Le Doyen (...)
20 février
Bonjour C’est, officiellement, une première mondiale. C’est aussi un dossier médical et sociétal à lire dans The New York Times (Ceylan Yeginsu) : (...)
20 février
Être avocat américain permet à des juristes d'élargir leur champ de compétences au droit américain, de travailler aux États-Unis et/ou affirmer (...)
Le week-end commence le samedi soir !
Le week-end commence le samedi soir !
18 juillet 2007

Pour les professionnels de santé et notamment les médecins libéraux, la réponse à cette question n’est pas gage de repos, mais permet tout au plus de mesurer le niveau de considération que leurs portent les caisses d’assurance maladie.



Paris, le mercredi 18 juillet – Il s’agit d’une interrogation qui pourrait se révéler profondément symptomatique des désillusions de notre époque moderne. Incapables de trouver une réelle satisfaction grâce à son labeur quotidien, l’homme ne se soucierait plus que de répondre à une question existentielle s’il en est : quand commence le week-end ?

Pour les professionnels de santé et notamment les médecins libéraux, la réponse à cette question n’est pas gage de repos, mais permet tout au plus de mesurer le niveau de considération que leurs portent les caisses d’assurance maladie.

Si ces dernières jugent que le repos de fin de semaine connaît ses premières heures dès le samedi midi, elles marquent qu’elles reconnaissent que les « gardes » effectuées après cette horaire doivent bénéficier d’une rémunération spécifique.

Si elles préfèrent affirmer que le week-end ne commence pas avant le crépuscule du samedi soir, c’est sans doute qu’elles jugent que les consultations données avant cette heure ne sont la manifestation d’aucune bonne volonté particulière et pas même de la participation à la sacro-sainte permanence des soins.

Préférant cette seconde acception, les caisses régionales ont mis un point d’honneur depuis septembre 2005 à faire admettre partout l’idée selon laquelle le travail réalisé par les médecins libéraux le samedi après-midi ne devait pas être considéré comme relevant de la « permanence des soins ». Ce principe, aveuglement appliqué, suscita des dysfonctionnements importants dans les maisons médicales de garde, tandis qu’il contribuait à une vive colère des médecins libéraux. Ces derniers n’eurent de cesse de faire entendre raison à l’UNCAM et les pouvoirs publics leurs donnèrent finalement raison en décembre 2006 lorsque fut publié un décret indiquant que les « gardes » effectuées le samedi après-midi constituait des astreintes qui devaient être payées « au même titre que les nuits, les dimanches et jours fériés ».

Plutôt que de se soumettre à l’esprit de ce décret, l’Assurance maladie choisit de mener une fronde sans précédent. Nulle négociation n’a en effet pour l’heure été entamée afin de fixer le tarif de ces fameuses heures travaillées le samedi entre 14h et 20h. Aussi, nulle rémunération supplémentaire n’est versée aux médecins, en dehors des actes dûment réalisés. Le blocage de l’Assurance maladie a été dénoncé à de très nombreuses reprises par les syndicats de praticiens, mais l’été semble aujourd’hui une période propice pour faire éclater leur colère. Dans un communiqué diffusé ce lundi 16 juillet, le Syndicat des médecins libéraux (SML) lance en effet un appel à la grève de la permanence de soin les samedi après-midi, à compter de ce samedi 21 juillet.



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0