Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
18 novembre
Bonjour C’est affaire de fatalité – ou de coïncidence : celle de la mise à jour du « sexisme » qui prévaut dans les études médicales associée à la (...)
18 novembre
Bonjour Qui fait quoi dans l’affaire sans fin du Levothyrox ? Nous avons vu les derniers développements et les concurrences judiciaires. (...)
18 novembre
C'est dire que la jurisprudence protégeant le salarié victime de harcèlement moral développé par les Juges conserve sa pleine autorité (en savoir (...)
Le rapport Grall bientôt rendu public
Le rapport Grall bientôt rendu public
30 août 2007

Le Dr Jean-Yves Grall, médiateur national de la PDS, a d’ores et déjà remis à Roselyne Bachelot son rapport sur la permanence des soins. Celui-ci devrait être rendu public dans les prochains jours et mettre l’accent sur trois priorités : la régulation, le volontariat et la réforme des structures.


Mission terminée pour le Dr Grall (S. TOUBON/« LE QUOTIDIEN »)

A LA MI-AVRIL dernier, Philippe Bas, éphémère ministre de la Santé, avait nommé le Dr Jean-Yves Grall médiateur national de la permanence des soins (PDS) et l’avait chargé de rédiger un rapport sur ce thème.

JPEG - 4.2 ko

Le Dr Grall avait déjà fait forte impression lors de la publication de son précédent rapport sur les Maisons médicales de garde (MMG), un rapport unanimement loué pour la justesse de ses analyses et de ses préconisations.

Mais, d’entrée de jeu, Philippe Bas avait placé le curseur très haut en assurant que cette mission donnée à Jean-Yves Grall était « la dernière chance pour une PDS négociée ».

Il faut dire que depuis le départ de Xavier Bertrand du ministère de la Santé durant la campagne présidentielle, et alors même que celui-ci aurait souhaité clore définitivement ce dossier fleuve, les clignotants oranges, voire rouges, constellent le tableau de bord de la PDS.

En premier lieu, le dossier du samedi après-midi est loin d’être réglé. Un décret a bien été publié à cet effet à la fin 2006, mais il se contente de laisser aux préfets la possibilité d’élargir les horaires de la PDS aux samedis après-midi pour tout ou partie des secteurs de garde de leur département. Ce qu’ils ne semblent faire qu’avec parcimonie. De plus, le SML a lancé à la mi-juillet un préavis de grève des gardes le samedi après-midi, excédé par la mauvaise volonté de l’assurance-maladie qui donne l’impression de traîner les pieds pour payer les astreintes à ces nouveaux horaires. Le SML a toutefois suspendu son mouvement après l’annonce par l’assurance-maladie d’une réunion sur ce sujet avec les syndicats le 19 septembre prochain.

Les relations difficiles ville- hôpital. Autre souci relatif à la PDS, ces mêmes préfets mettraient également du temps à mettre en oeuvre le transfert de l’activité PDS de la ville vers l’hôpital aux heures creuses de la nuit, selon le Dr André Deseur, responsable du dossier PDS au Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom). Enfin, les MMG restent encore trop souvent dans le flou sur la pérennité de leur financement, malgré les préconisations faites par Jean-Yves Grall dans le rapport qu’il leur avait précédemment consacré.

Selon le Dr Grall lui-même, son rapport sur la PDS devrait mettre l’accent sur trois points :

la régulation, tout d’abord, qualifiée par Jean-Yves Grall de « clé de voûte du système ». Jean-Yves Grall indiquait peu avant l’été au « Quotidien » sa volonté de qualifier ceux qui y participent de généralistes ou d’urgentistes, et non plus comme d’habitude de libéraux ou d’hospitaliers. « La différence que je veux faire entre eux est d’ordre fonctionnel et non plus statutaire », avait-il alors indiqué, signe probablement avant-coureur d’une plus grande homogénéité des rémunérations. « Il faut sortir des petits arrangements locaux en matière de rémunération, même s’ils sont aujourd’hui souvent nécessaires », avait-il encore ajouté ;

le volontariat. « En la matière, il y a péril en la demeure », avait alors pointé du doigt le médiateur national de la PDS. A ce sujet, Jean-Yves Grall envisagerait de nouvelles formes d’incitation, par exemple l’attribution de points de retraite ou de bonus en matière d’EPP ou de FMC ;

les structures. Jean-Yves Grall appelle de ses voeux un système « fiable et pérenne, lisible pour les patients ». Jean-Yves Grall compte donc proposer « un cadre général, qui puisse se décliner au niveau départemental, voire local ».

Au ministère, on n’est pas actuellement en mesure d’indiquer la date exacte de publication du rapport. Mais pour Jean-Yves Grall, nul doute que ce sera pour la semaine prochaine.

> HENRI DE SAINT ROMAN

De la PDS à l’ARH Lorraine

Jean-Yves Grall, actuel conseiller médical auprès d’Anne Podeur, directrice de la Dhos (Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins), et coordonnateur national de la PDS (permanence des soins), vient d’être nommé directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation (ARH) de Lorraine, en remplacement d’Antoine Perrin, nommé directeur adjoint du cabinet du ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. Le Dr Grall prendra effectivement ses fonctions aujourd’hui-même.

Cardiologue de formation, le Dr Grall a travaillé pendant trois ans à l’ARH d’Ile-de-France comme conseiller médical, en charge notamment de la permanence des soins, avant d’être nommé en août 2006 conseiller général des établissements de santé.

Le Quotidien du Médecin du : 30/08/2007

http://www.quotimed.com/journal/ind...



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0