Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
23 janvier
Bonjour Dans un monde logique ce sont des résultats précieux dont le politique s’emparerait : ceux de l’étude ARAMIS, disponible depuis peu sur (...)
23 janvier
1/ Pourquoi le dirigeant voit sa responsabilité engagée ? La mise en cause de la responsabilité est de plus en plus fréquente pour plusieurs (...)
23 janvier
Nous pouvons théoriser la différence entre soins préventifs, curatifs et palliatifs en fonction du niveau ciblé par chacun d’eux. La cible des (...)
Le gouvernement en fait une vraie spécialité
Le gouvernement en fait une vraie spécialité
26 octobre 2006

Trois signatures ministérielles au bas de deux arrêtés. Voilà qui devrait aider à la revalorisation de la médecine générale, de son enseignement et de ses enseignants. La semaine dernière, Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, son ministre délégué François Goulard, ainsi que le ministre de la Santé Xavier Bertrand ont paraphé les documents attendus par le milieu médical depuis plusieurs années.


Le premier arrêté crée l’option de médecine générale au sein du Conseil national des universités. Le deuxième met en place un stage chez le généraliste dès la quatrième année des études de médecine. Mesure en principe déjà obligatoire depuis une texte datant de 1997.

Les ministères voient dans ces arrêtés « un acte fondateur de la reconnaissance universitaire de médecine générale ». Ils comptent poursuivre les réunions de concertation avec les enseignants généralistes « afin de mettre en place les dispositions statutaires précisant les modalités de recrutement des chefs de clinique ainsi que des maîtres de conférences et professeurs titulaires ». La création de postes de chefs de clinique est également promise dès la rentrée 2007.

Côté syndicats, on se félicite du chemin parcouru. « La médecine générale devient ainsi une vraie spécialité, estime la Confédération des syndicats médicaux français (Csmf). Ces arrêtés accordent, enfin, une reconnaissance légitime et méritée aux enseignants de médecine générale qui pourront désormais devenir maîtres de conférences et professeurs à part entière. Le titre réducteur d’“enseignant associé” pourra donc enfin être abandonné. » MG France, de son côté, « prend acte de la reconnaissance de la médecine générale au sein du Conseil national des Universités, ouvrant à la création de la filière universitaire médecine générale ».

Mais les médecins se méfient aussi des « effets d’annonce » et aimeraient savoir quand exactement seront nommés les premiers titulaires des professeurs de médecine générale. Dans un communiqué commun, le syndicat des enseignants en médecine générale (Snemg) et le syndicat étudiant Isnar-IMG réclament donc « un calendrier et les moyens qui permettront la mise en place effective de la filière universitaire de médecine générale », d’un stage « digne de ce nom », ainsi que la revalorisation statutaire des enseignants cliniciens ambulatoires.



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0