Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
18 novembre
Bonjour C’est affaire de fatalité – ou de coïncidence : celle de la mise à jour du « sexisme » qui prévaut dans les études médicales associée à la (...)
18 novembre
Bonjour Qui fait quoi dans l’affaire sans fin du Levothyrox ? Nous avons vu les derniers développements et les concurrences judiciaires. (...)
18 novembre
C'est dire que la jurisprudence protégeant le salarié victime de harcèlement moral développé par les Juges conserve sa pleine autorité (en savoir (...)
La belle union des généralistes, le retour ?
La belle union des généralistes, le retour ?
16 février 2006


Il y a un peu plus d’un an, nous faisions état de « la belle union » de ces opposants à la convention médicale qui, l’espace d’un recours devant le Conseil d’Etat, s’étaient regroupés pour faire front, soucieux qu’ils étaient de ne pas faire du médecin généraliste un « passe-plat » (lire dans notre édition du 12 janvier 2005.

Plusieurs d’entre eux reviennent aujourd’hui, avec des airs de : « on vous l’avait bien dit ». Dans un communiqué de presse signé des mains de Christian Lehmann, porte-parole du Manifeste et de l’AmedRef (association des médecins référents), Jean-Paul Hamon, président de la FMF-Gé, Claude Bronner, président d’Espace généraliste et Philippe Sopena, ancien de MG-France, ces médecins généralistes rappellent avoir été déboutés par le Conseil d’Etat au motif que le formulaire du médecin traitant ne constituait pas un contrat mais un simple document d’information. Information ou pas, dénoncent-ils aujourd’hui, force est de constater que les bugs dans la matrice du médecin traitant ne manquent pas : « dans un très grand nombre de cas, les patients ou les médecins sont mal remboursés, des retenues étant effectuées par les caisses au motif que le patient ne serait pas enregistré dans le dispositif médecin traitant, et ce alors que les formulaires ont bien été envoyés ou déposés dans les centres de Sécurité Sociale ».

Le programme informatique de la Cnam permettant aux médecins de vérifier qu’un patient a bien déclaré son médecin traitant ayant montré ses défaillances (notre édition d’hier), les signataires du communiqué n’hésitent pas à persifler : «  confrontée à son incurie, la Cnam menace en termes à peine voilés les médecins qui ont révélé au grand public ce bug informatique, de représailles devant le Conseil de l’Ordre. Habitude bien française qui consiste à dénoncer le donneur d’alerte plutôt qu’à endosser sa propre responsabilité ».



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0