Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
18 novembre
Bonjour C’est affaire de fatalité – ou de coïncidence : celle de la mise à jour du « sexisme » qui prévaut dans les études médicales associée à la (...)
18 novembre
Bonjour Qui fait quoi dans l’affaire sans fin du Levothyrox ? Nous avons vu les derniers développements et les concurrences judiciaires. (...)
18 novembre
C'est dire que la jurisprudence protégeant le salarié victime de harcèlement moral développé par les Juges conserve sa pleine autorité (en savoir (...)
Forte augmentation de la violence envers les médecins
Forte augmentation de la violence envers les médecins
29 mars 2011


920 incidents ont été déclarés en 2010 contre 512 l’année précédente. C’est ce que révèle l’Observatoire pour la sécurité des médecins.

« Une augmentation de la violence significative et préoccupante », souligne le docteur Bernard Le Douarin, coordonnateur de l’Observatoire. « L’augmentation est homogène, elle touche tous les départements, toutes les formes d’exercice et tous les types de violence », analyse Michel Legmann le président du Conseil national de l’ordre des médecins. « C’est un véritable problème de santé publique qui va à l’encontre de soins pérennes et de qualité ». Comme en 2009 la Seine-Saint-Denis arrive en tête. Suivent ensuite le Nord, le Val-d’Oise, l’Isère et le Val-de-Marne.
Les agressions verbales et les menaces sont les incidents les plus nombreux. Puis viennent les vols ou tentatives de vols et les agressions physiques. « Il est important pour nous de connaître le type d’infraction pour travailler au niveau de la prévention », poursuit l’élu ordinal.

En dehors des vols, les motifs déclenchant les actes de violence, sont les reproches relatifs à la prise en charge, un refus de prescription de la part du médecin ou encore un temps d’attente jugé excessif. Si 67 % des incidents ont lieu dans le cadre d’un exercice de médecine de ville, on observe une augmentation des agressions en établissements de soin.

Les médecins généralistes en 1ère ligne

Les médecins généralistes restent les plus touchés puisqu’ils sont victimes dans 62 % des agressions. Les ophtalmologues, les médecins du travail et les psychiatres sont ensuite les plus concernés.

Pour analyser ces chiffres, le Conseil de l’ordre précise qu’aucune politique n’a été menée en 2010 pour inciter les médecins à dénoncer ce type d’acte. La population visée par l’étude est la même que l’année précédente et seulement deux médecins ont fait deux déclarations.

« Ces chiffres rendent légitime le travail que nous faisons à l’Observatoire pour la sécurité des médecins », reprend Bernard Le Douarin. La présentation de ce rapport a été l’occasion de rappeler le projet de protocole santé, intérieur, justice. « C’était un long travail, il a fallu le rédiger avec les sept ordres et les trois ministères », explique le docteur. L’Observatoire souhaite y voir apparaître plusieurs recommandations comme un référent de police et de gendarmerie dans chaque département, l’apport de conseils de sécurisation des locaux ou encore une géolocalisation pour les praticiens qui le souhaiteraient. Xavier Bertrand s’est exprimé mardi dans un communiqué pour annoncer sa volonté d’aboutir rapidement à la signature du protocole. Les trois ministères concernés doivent se réunir le 4 avril avec l’ordre et les syndicats professionnels.



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0