Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
16 octobre
La notion d’obligations familiales impérieuses est apparue pour la première fois dans le code du travail en 2000 à propos du travail à temps (...)
16 octobre
Le nombre d’accouchements par césariennes est en augmentation constante ( Quotidien du médecin du 15 octobre 2018, Sophie Coisne). La pratique (...)
16 octobre
L'article 1724 quater du Code Général des Impôts prévoit un dispositif de mise en œuvre de la solidarité de l'entreprise qui confie des (...)
Décret n° 2003-880 du 15 septembre 2003
Décret n° 2003-880 du 15 septembre 2003
30 octobre 2004


Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

- Vu le code de la santé publique, notamment les articles L. 6313-1, L. 6313-2 et L. 6325-1 ;
- Vu le code de la sécurité sociale, notamment les articles L. 162-5 et L. 162-31-1 ;
- Vu le décret n° 87-964 du 30 novembre 1987 modifié relatif au comité départemental de l’aide médicale urgente et des transports sanitaires ;
- Vu le décret n° 87-1005 du 16 décembre 1987 modifié relatif aux missions et à l’organisation des unités participant au service d’aide médicale urgente appelées SAMU ;
- Vu le décret n° 95-1000 du 6 septembre 1995 modifié portant code de déontologie médicale, notamment son article 77 ;
- Vu l’avis de la Caisse nationale d’assurance maladie en date du 12 mai 2003 ;
- Vu la saisine de la commission des accidents du travail et des maladies professionnelles en date du 29 avril 2003 ;

Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,

Décrète :

- Article 1

Il est inséré au livre VII du code de la santé publique un titre II intitulé : « Permanence des soins » et comprenant les articles suivants :

« Art. R. 730. - La permanence des soins en médecine ambulatoire prévue à l’article L. 6325-1 du présent code est assurée, en dehors des horaires d’ouverture des cabinets libéraux et des centres de santé, de 20 heures à 8 heures les jours ouvrés, ainsi que les dimanches et jours fériés par des médecins de garde et d’astreinte exerçant dans ces cabinets et centres.

« Cette permanence est organisée dans le cadre départemental en liaison avec les établissements de santé publics et privés et en fonction des besoins évalués par le comité départemental mentionné à l’article L. 6313-1.

« A cette fin, le département est divisé en secteurs dont le nombre et les limites sont fixés en fonction de données géographiques et démographiques et en tenant compte de l’offre de soins existante.

« La détermination du nombre et des limites des secteurs est arrêtée par le préfet du département et, à Paris, par le préfet de police, après consultation du conseil départemental de l’ordre des médecins et avis du comité départemental mentionné à l’article L. 6313-1. En tant que de besoin, des secteurs interdépartementaux peuvent être constitués par arrêté préfectoral, après avis des comités des départements concernés.

« La carte des secteurs fait l’objet, suivant la même procédure, d’un réexamen annuel.

« Art. R. 731. - Dans chaque secteur un tableau départemental nominatif des médecins de permanence est établi pour une durée minimale de trois mois par les médecins mentionnés à l’article R. 730 qui sont volontaires pour participer à cette permanence ou par les associations qu’ils constituent à cet effet. Ce tableau est transmis, au plus tard 45 jours avant sa mise en oeuvre, au conseil départemental de l’ordre des médecins qui vérifie que les intéressés sont en situation régulière d’exercice.

« Les associations de permanence des soins peuvent participer au dispositif sous réserve d’une transmission préalable au conseil départemental de l’ordre des médecins de la liste nominative des médecins participant à cette permanence. Il en est de même pour les médecins des centres de santé.

« Dix jours au moins avant sa mise en oeuvre par le conseil départemental, le tableau est transmis au préfet, au SAMU, aux médecins concernés, aux caisses d’assurance maladie ainsi que, sur leur demande, aux organisations représentatives au niveau national des médecins libéraux représentées au niveau départemental.

« Art. R. 732. - L’accès au médecin de permanence fait l’objet d’une régulation préalable qui est organisée par le SAMU. Lorsque la régulation ne peut être organisée dans ce cadre, elle doit être interconnectée avec ce service.

« Les médecins mentionnés aux articles L. 162-5 et L. 162-31-1 du code de la sécurité sociale peuvent participer à la régulation.

« Art. R. 733. - Les médecins participent à la permanence des soins sur la base du volontariat.

« En cas d’absence ou d’insuffisance constatée par le conseil départemental de l’ordre de médecins volontaires pour participer à la permanence des soins sur un ou plusieurs secteurs dans le département, ce conseil, après avis des organisations représentatives des médecins libéraux et des médecins des centres de santé, complète le tableau de permanence en tenant compte de l’état de l’offre de soins disponible. Si, à l’issue de cette consultation, le tableau reste incomplet, le préfet procède aux réquisitions nécessaires.

« Les obligations ou engagements pris par le médecin titulaire dans le cadre de la permanence des soins sont assurés par le médecin qui le remplace.

« Il peut être accordé des exemptions de permanence pour tenir compte de l’âge, de l’état de santé et, éventuellement, des conditions d’exercice de certains médecins.

« Art. R. 734. - A la demande du médecin chargé de la régulation médicale, le médecin de permanence intervient auprès du patient par une consultation ou, le cas échéant, par une visite.

« Art. R. 735. - Un cahier des charges départemental fixe les conditions particulières d’organisation de la permanence des soins et de la régulation. Il est arrêté par le préfet après avis du comité départemental prévu à l’article L. 6313-1.

« Ce cahier des charges est établi sur la base d’un cahier des charges type fixé par arrêté du ministre chargé de la santé. Il comporte notamment l’état de l’offre de soins et l’évaluation des besoins de la population. Il fixe les modalités de détermination des secteurs géographiques, prévoit les indicateurs d’évaluation et précise, le cas échéant, les collaborations nécessaires entre les médecins assurant la permanence et les structures hospitalières. Il précise en outre les modalités de participation des médecins spécialistes. »

- Article 2

Le décret du 30 novembre 1987 susvisé est modifié ainsi qu’il suit :

I. - A l’article 1er :

A. - La liste des membres de droit mentionnés au a est ainsi complétée :

« 5. Le directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation. »

B. - La liste des membres désignés par les organisations qu’ils représentent mentionnée au c est ainsi complétée :

« 5. Un représentant de l’union régionale des caisses d’assurance maladie.

« 6. Un médecin représentant l’union régionale des médecins exerçant à titre libéral. »

C. - La liste des membres nommés par le préfet mentionnée au d est modifiée et complétée comme suit :

« 5. Un médecin d’exercice libéral désigné sur proposition des instances localement compétentes de chacune des organisations représentatives au niveau national.

« 6. Un représentant de chacune des associations de permanence des soins lorsqu’elles interviennent dans le dispositif de permanence des soins au niveau départemental. »

« 10. Deux praticiens hospitaliers sur proposition des organisations représentatives au niveau national des médecins exerçant dans les services d’urgence hospitaliers.

« 11. Un représentant des associations d’usagers. »

II. - L’article 4 est modifié comme suit :

Au premier alinéa, les mots : « au moins une fois par an » sont remplacés par les mots : « au moins deux fois par an ».

Il est ajouté un troisième alinéa ainsi rédigé :

« Il évalue chaque année l’organisation de la permanence des soins et propose les modifications qu’il juge souhaitables. »

- Article 3

Le ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées et le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 15 septembre 2003.

Jean-Pierre Raffarin

Par le Premier ministre :

Le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Jean-François Mattei

Le ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, Nicolas Sarkozy

Le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales,

Hervé Gaymard



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 70

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0