Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
16 octobre
Le nombre d’accouchements par césariennes est en augmentation constante ( Quotidien du médecin du 15 octobre 2018, Sophie Coisne). La pratique (...)
16 octobre
L'article 1724 quater du Code Général des Impôts prévoit un dispositif de mise en œuvre de la solidarité de l'entreprise qui confie des (...)
16 octobre
Dans les Etats ayant choisi la démocratie comme régime politique, le moyen par excellence d'expression de sa volonté est le vote. Le vote est (...)
C’est officiel : les généralistes sont utiles pour votre santé
C’est officiel : les généralistes sont utiles pour votre santé
13 novembre 2005

Contrairement à l’idée répandue que les médecins font plus de mal que de bien,
dont l’origine est dans la diminution de la mortalité pendant les grèves des
médecins, une nouvelle étude montre que les médecins pourraient sauver des
vies. Les résultats de cette étude montrent que l’augmentation des généralistes
dans un territoire peut diminuer la mortalité dans ce territoire d’environ 2%.


Les auteurs de l’Université Johns Hopkins, Baltimore, du Département des
services de santé et de l’homme de Bethesda, Maryland, et l’Université de New
York, disent que leurs résultats montrent qu’une augmentation des ressources en
soins primaires peut être un des moyens de compenser le désavantage en matière
de santé et peut contribuer à réduire les disparités socioéconomiques.
L’étude a monté qu’aux Etats Unis la mortalité a diminué de 14,4 morts pour 100
000 habitants pendant une période 11 ans quand le nombre de généralistes
augmente de un pour chaque 10 000 habitants (Social Science & Medicine 2005 ;
61 : 65-75).
« L’étude apporte la preuve que les ressources en soins primaires sont liées à
la santé de la population et peuvent aider à réduire les disparités
socioéconomiques » dit le rapport.
Dans l’étude les auteurs ont utilisé les données statistiques sur 11 années pour
examiner la relation entre les ressources de soins primaires, l’inégalité de
revenu et la mortalité. Ils ont analysé l’évolution de la mortalité, de
l’inégalité de revenu, le rapport entre les moyens en soins primaires et la
taille de la population et les caractéristiques sociodémographiques.
Durant cette période toutes les causes de mortalité ont diminué. La moyenne
statistique de la mortalité ajustée à l’âge a chuté de 821 à 762 pour 100 000
habitants. Parallèlement, le nombre de généraliste a augmenté de façon durable
de 5,02 à 6,04 pour 10 000 habitants. En même temps l’inégalité des revenus a
globalement augmenté.
Quand les auteurs ont vérifié l’inégalité des revenus et les caractéristiques
démographiques, ils ont trouvé une association indépendante entre les moyens en
soins primaires et la mortalité. Le rapport dit « une augmentation de un
médecin généraliste est indépendamment associée, en moyenne, à une diminution
de 14,4 morts pour 100 000 habitants, environ une diminution de 2% par rapport
aux niveaux moyens ».
Ils ont également trouvé que la relation entre les soins primaires et la
mortalité était 2 fois plus importante chez les noirs que chez les blancs.
« Ces résultats sont importants car ils apportent une preuve plus solide de la
relation entre les généralistes et une diminution statistique de la mortalité
que ne le laissait prévoir les analyses croisées » dit le rapport.
« Selon les résultats de cette étude, les soins primaires sont associés à une
amélioration, de la santé, à une réduction de la mortalité alors que dans le
même temps les autres facteurs de risque (chômage, éducation) sont positivement
associés à une détérioration de l’état sanitaire.
Les chercheurs affirment qu’il y a une preuve qu’un grande qualité de soins
primaires peut entraîner une meilleure efficacité des soins secondaires et
tertiaires. « Nous émettons comme hypothèse que la médecine générale
caractérisée par des soins au long cours, longitudinaux, centrés sur la
personne peut aussi servir à renverser les effets négatifs sur la santé des
inégalités sociales en court-circuitant la capacité du stress à long terme à
produire des maladies .
Ils ajoutent « La promotion de la médecine générale peut être une stratégie plus
facile et moins onéreuse pour lutter contre la mortalité et pour réduire les
disparités socioéconomiques en matière de santé, comparée à d’autres politiques
de santé qui ciblent des déterminants sociodémographiques de santé et des
modifications comportementales. Une telle hypothèse mérite considération face à
la baisse du niveau sanitaire aux Etats Unis par rapport aux nations
industrialisées comparables ».



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 60

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0