Bonjour Visiteur | Connectez vous
fermer

Actualités sur le Web
18 octobre
A l'heure du mouvement « me too » où le harcèlement sexuel en entreprise prend une nouvelle ampleur, la Cour de cassation vient rappeler ici (...)
18 octobre
Il convient de s'intéresser à une jurisprudence en date de septembre 2019 qui vient aborder le mariage parfois malheureux existant entre (...)
18 octobre
Le 16 octobre, les syndicats représentatifs des professionnels de santé ont été reçus par Madame BUZYN, Ministre de la Santé et des solidarités (...)
Aide médicale des sans-papiers : un audit met l’Etat au pied du mur
Aide médicale des sans-papiers : un audit met l’Etat au pied du mur
30 avril 2007


Les Echos

Les Echos remarquent qu’un audit, établi par l’Inspection générale des affaires sociales et l’Inspection générale des finances pour le ministère des Finances, « démontre que l’aide médicale d’Etat, qui permet un accès gratuit aux soins pour les étrangers sans titre de séjour, ne constitue pas une source d’abus majeure et s’avère justifiée au regard de la santé publique ».

Le journal note que « le rapport enjoint à l’Etat de payer sa dette de plus de 1 milliard d’euros à l’assurance-maladie ».

Les Echos relèvent en effet que « depuis 2002, la majorité parlementaire a sous-budgété cette couverture maladie, à 233 millions d’euros par an, alors que les besoins sont plus de deux fois supérieurs ».

« Pour l’audit, l’Etat doit donner davantage de moyens, à l’avenir, à la CNAM, à savoir plus de 500 millions d’euros par an », poursuit le quotidien.

Les Echos indiquent notamment que selon cet audit Igas-IGF, « « la dépense moyenne reste contenue. Elle est assez proche de celle d’un assuré social » : entre 1 800 et 2 300 euros pour les bénéficiaires de l’AME, contre un peu moins de 1 800 euros pour un assuré du régime général ».

Le journal ajoute que « cet écart « s’explique principalement par un recours plus prononcé à l’hôpital », du fait notamment des « refus de soins fréquents » des médecins libéraux et de la « surreprésentation » de certaines maladies transmissibles ou de grossesses à complication ».

Les Echos relèvent que « pour autant, « l’efficience du dispositif » doit être « améliorée ». Cela passe par la création d’une « carte spécifique » AME, comparable techniquement à la carte Vitale, qui faciliterait l’accès à la médecine de ville ».



A voir aussi...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390

SAMBA ©2015
Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0